Thème Contrefaçons de médicaments

Les médicaments falsifiés représentent une menace massive pour les patients. Ces médicaments ne contiennent pas, trop ou pas assez de principes actifs et même, dans certains cas, des substances toxiques ou sont totalement impurs. En Europe, les médicaments falsifiés sont rares et sont habituellement proposés par des sites illégaux sur Internet.

À quoi reconnaît-on des fournisseurs illégaux et qu'est-il fait pour éviter la propagation de médicaments falsifiés ?

L'Association européenne des pharmacies de vente par correspondance s'engage tant à l'échelle nationale qu'au niveau européen et global dans la lutte contre les contrefaçons de médicaments et les offres illégales faites sur Internet. Les médicaments falsifiés ne sont habituellement pas fabriqués et distribués par des délinquants individuels. Derrière le commerce de la contrefaçon des pilules se cachent des groupes aux activités internationales impliqués dans la criminalité organisée. C'est pourquoi seul un réseau globalement organisé peut aider dans la lutte contre ces groupes.

À quoi reconnaît-on une pharmacie de vente par correspondance légale ?

Les pharmacies de vente par correspondance légales ne délivrent jamais de médicaments soumis à ordonnance sans présentation d'une ordonnance valide. Par ailleurs, les proposants légaux possèdent des mentions légales dans lesquelles figurent le nom du pharmacien responsable, l'autorité de contrôle et d'autorisation de la pharmacie avec son adresse et bien sûr l'adresse du siège de la pharmacie. Les proposants légaux sont aussi toujours joignables par un numéro de téléphone ou une adresse e-mail. Si ces indications font défaut ou si le proposant délivre sans ordonnance des produits soumis à ordonnance, le consommateur peut alors partir du principe qu'il s'agit d'un fournisseur illégal auprès duquel il ne faut en aucun cas acheter quoi que ce soit.

Common Logo

Depuis le 1er juillet 2015, il est aussi possible de reconnaître une pharmacie de vente par correspondance légale au dit Common Logo de l'UE. Dans le cadre de la législation européenne, les autorités de contrôle d'un état membre sont tenues de gérer une base de données qui indique les pharmacies de vente par correspondance légales du pays respectif. En cliquant sur le logo, une connexion est établie avec la base de données et toutes les données pertinentes des pharmacies de vente par correspondance sont fournies sous la forme d'une liste. L'UE n'a malheureusement formulé aucune spécification ferme sur la conception technique de cette liaison de données. ASOP UE a donc développé un propre document à ce sujet, lequel contient des indications correspondantes sur la conception sûre du Common Logo.

Une autre mesure de la Commission européenne est l'adoption de la directive sur les contrefaçons (lien vers le document : ec.europa.eu/health/files/eudralex/vol-1/dir_2011_62/dir_2011_62_de.pdf ).

Cette directive contient 3 critères essentiels :

  1. Le Common Logo
  2. L'identification claire d'un emballage de médicament
  3. Les informations destinées aux patients

Protection des emballages de médicaments contre les falsifications
Afin de rendre sûr chaque emballage, un code à barres 2D constitué entre autres d'un numéro unique sera apposé à l'avenir sur chaque boîte. Ce numéro est enregistré dans une base de données. Lorsque le pharmacien scanne l'emballage au moment de remettre le médicament au patient, un contrôle est automatiquement effectué pour savoir si ce numéro figure bien dans la base de données et, dans l'affirmative, il est identifié comme délivré. Si le même numéro est scanné une seconde fois, un avertissement est généré car il peut être parti du principe en toute probabilité que quelque chose ne va pas avec ce médicament. 

Campagnes d'informations
Les états membres ont pour mission d'expliquer les risques auxquels s'exposent les consommateurs qui pensent avoir affaire à des contrefaçons de médicaments. D'autre part, l'attention des consommateurs doit être attirée sur les mécanismes de protection comme le Common Logo et le code à barres 2D sur les emballages.

ASOP/ASOP EU
Internet est aussi devenu un canal de distribution important pour les commandes de médicaments. Acheter ses médicaments auprès de fournisseurs légaux est une méthode sûre et pratique. Le nombre de patients qui achètent leurs médicaments sur le web est donc en hausse croissante. C'est pour que ces achats soient aussi possibles à l'avenir en toute sécurité que beaucoup d'entreprises et d'organisations se sont regroupées en une NGO (Non Governmental Organisation) appelée ASOP. ASOP représente une initiative globale originaire des États-Unis. La filiale européenne ASOP EU a son siège en Grande-Bretagne et l'Association européenne des pharmacies de vente par correspondance soutient son travail de manière décisive. Klaus Gritschneder, membre de la direction de l'EAMSP, représente l'association en qualité de directeur à l'ASOP EU. ASOP Asia est actuellement en formation. Les fraudeurs de médicaments agissent de manière globale et c'est la raison pour laquelle il est nécessaire de coopérer globalement pour lutter contre les fournisseurs illégaux. Plus d'informations sont fournies à l'adresse http://safeonlinerx.com/ et http://asop.eu/.

.pharmacy
Une protection sûre à 100 % contre le copiage n'existe pas sur Internet. Un logo de sécurité peut aussi être falsifié avec les moyens adéquats. C'est pourquoi il a été décidé d'introduire à l'échelle mondiale le Top Level Domain .pharmacy pour les pharmacies de vente par correspondance légales. La propriétaire du domaine est la NABP (National Association of Boards of Pharmacy). Une procédure complexe permet de contrôler si une pharmacie candidate remplit tous les critères requis pour devenir une pharmacie de vente par correspondance légale. C'est uniquement à partir de ce moment que le domaine lui est attribué. L'attribution est contrôlée une fois par an. Des informations supplémentaires à ce sujet sont fournies à l'adresse http://www.safe.pharmacy/